/// anticiper.org \\\
      Thème : Transition
      1ère publication: 11.01.2022       Dernière mise à jour: 11.01.2022

La consommation d'énergie du streaming vidéo en France

Numérique : quel est l'impact énergétique de Netflix et des autres géants du streaming ?

serveurs de données


Le numérique, un gros consommateur d'énergie électrique


"Le numérique consomme 56 TWh par an en France, ce qui représente 12 % de la consommation électrique et 3 % de la consommation d’énergie finale.
Les équipements des utilisateurs (ordinateurs, tablettes, smartphones, box internet) représentent les trois-quarts de la consommation d’énergie du numérique (45 TWh)." [1] Cela représente la production annuelle de 6 réacteurs nucléaires.
"Présentés comme des ogres énergétiques par la presse, les datacenters ne représentent que 18 % de la consommation d’énergie du numérique. C’est le résultat d’un investissement important des constructeurs depuis près de dix ans dans le développement d’équipements à basse consommation, le refroidissement des salles, etc."
<
consommation énergie électrique France numérique

"L’architecture réseau du numérique (antennes relais 3G/4G, câbles, routeurs) consomme 3,5 TWh, soit 6 %, mais selon des experts de l’association NégaWatt, avec le déploiement exponentiel des objets connectés et l’utilisation sans limite des accès 4G pour visionner des vidéos, l’augmentation pourrait être d’environ 10 % par an pendant les 15 prochaines années." [1]


Streaming, video, TV : une part importante du trafic des données


"La vidéo représente déjà 75 % du trafic en 2017 et devrait atteindre 82 % en 2022. À lui seul, le service de vidéos Netflix représente 15 % du trafic Internet mondial, 24 % en France. L’essor de la haute définition, très consommatrice en bande passante participe activement à la hausse de la consommation." [2]

Quelques chiffres sur la plateforme de streaming Netflix


Les serveurs Netflix seuls
"Au cours de l'année 2019, Netflix a consommé 451 000 MWh pour alimenter son service de streaming. C'est l'équivalant de la consommation moyenne de 40 000 foyers américains en une année, souligne Variety. La firme américaine divise sa consommation en deux catégories. Netflix sépare en effet l'énergie destinée à la plateforme, à ses bureaux et à ses studios de production (94 000 MWh par an) de sa consommation indirecte.
D'année en année, la consommation électrique de Netflix tend à augmenter encore plus vite que la progression de son parc d'abonnés. En 2018, le service de VOD n'a en effet consommé que 245 000 MWh. L'année dernière, Netflix a donc enregistré une augmentation de 84% de sa consommation. Au cours de l'année, le service n'a pourtant séduit que 20% d'abonnés supplémentaires dans le monde. [3]

Empreinte carbone en moyenne mondiale
"Netflix, qui compte au moins sept millions d'abonnés en France (2021), représente un quart du trafic Internet français. La plateforme a récemment dévoilé son empreinte carbone mondiale. « Une heure de streaming en 2020 correspond en moyenne à moins de 100 grammes équivalent CO2, soit la consommation d'un ventilateur de 75 W pendant 6 heures », révélait Emma Stewart, directrice du développement durable chez Netflix"
"Regarder un épisode et demi revient ainsi à parcourir 400 mètres en voiture à essence" [4]

Empreinte carbone par pays
Les types de production d'énergie électrique du pays vont fortement influencés les émissions CO2 par utilisateur. D'après Statista [8], en 2019 une heure de Netflix émet :
- 126g de CO2 en Australie
- 40g au Royaume-Uni
- 8,6g en France
- 1,5 en Norvège.

En France un utilisateur de Netflix passe en moyenne 2 heures sur la plateforme par jour
"En France, [le secteur du streaming] compte environ 13,6 millions d'utilisateurs (selon Médiamétrie). Avec ses 5 millions d'abonnés (2019), Netflix détient environ 35% de PDM. Mais en plus de nombre d'abonnés, une autre donnée est particulièrement importante, il s'agit du temps que l'on passe sur la plateforme. Selon un rapport publié par Business Insider, un utilisateur passe environ 2 heures par jours en moyenne devant Netflix. Ce qui correspond peu ou prou à deux épisodes d'une série, ou la durée d'un film. À titre de comparaison, selon Médiamétrie, les Français passent en moyenne 3 heures et 46 minutes devant des programmes TV (tous écrans confondus)." [5]

Consommation d'énergie par heure
Par utilisateur, il est très difficile d'évaluer la consommation totale d'énergie du streaming, car elle dépend de nombreux facteurs. Quelques estimations :

Consommation énergie par mode de visionnage

"La consommation d'électricité des mobiles serait de l'ordre de : 0,1-0,2 kWh/GB.
George Kamiya estime que regarder une heure de vidéo en streaming sur Netflix consommerait 0.12 à 0.24 kWh d'électricité par heure." [6]

Un ordre de grandeur de la consommation énergétique des utilisateurs de Netflix en 2021
Pour tenter 2 approximations, on retient les chiffres suivants, des diverses sources précédentes :
- 7 millions d'abonnés français à Netflix
- 2 heures d'utilisation par jour en moyenne de la plateforme
- une estimation optimiste de 0,24 kWh par usager et par heure de visionnage et une estimation pessimiste de 2 kWh.
Cela conduit à un total annuel de consommation électrique en France, uniquement pour Netflix, de :
- 1,22 TWh en approximation optimiste
- 10,2 TWh en approximation pessimiste

L'estimation pessimiste de 10,2 TWh annuel représente la production d'1,5 réacteur nucléaire moyen.


La consommation d'énergie dépend notamment du réseau utilisé


Si le type d'appareil de l'usager (smartphone, tablette, TV HD), la taille de l'écran et la résolution impactent fortement la consommation d'énergie globale, le type de réseau utilisé a aussi une grande influence.

"Concernant les réseaux fixes, un acteur a indiqué que la fibre consomme en moyenne un peu plus de 0,5 Watt par ligne, soit trois fois moins que l’ADSL (1,8 W) et quatre fois moins que le RTC (2,1 W) sur le réseau d’accès. Les consommations énergétiques de ces technologies filaires dépendant assez peu des usages qui en sont fait, ces évolutions se traduisent donc par des gains de consommation en valeur absolue.
La consommation des réseaux cellulaires est quant à elle davantage dépendante des usages, la consommation se mesure donc en kWh par Go de données transmises (en moyenne 0,6 kWh/Go d’après un des acteurs auditionnés).
En moyenne sur une année, en se fondant sur ces estimations et des hypothèses de consommation de données mobiles, un utilisateur de réseau 4G consommerait de l’ordre de 50 kWh d’électricité, contre 19 kWh pour une ligne RTC, 16 kWh pour de l’ADSL et 5 kWh pour une ligne fibre optique. [7]


Sources et références :
[1] Numérique et consommation énergétique (Fiches thématiques gouv.fr - 27 septembre 2019)
[2] France Stratégie veut maîtriser la consommation énergétique du numérique (www.techniques-ingenieur.fr - 3 décembre 2020)
[3] Netflix consomme autant d’électricité que 40 000 foyers en un an (www.phonandroid.com - 17 février 2020)
[4] Netflix : quelle est l’empreinte carbone d’une heure de streaming ? (Le Point - 12 avril 2021)
[5] Un utilisateur de Netflix passe en moyenne 2 heures sur la plateforme (CNET France - 18 mars 2019)
[6] Le streaming sur Netflix : une empreinte carbone allégée ? (Libération - 5 mars 2020)
[7] Réseaux du futur - note No 5 - L’empreinte carbone du numérique (ARCEP - 21 octobre 2019)
[8] Emissions from streaming a half-hour Netflix show worldwide in 2019, by select country (Statista)




Partager sur  Facebook   LinkedIn   Twitter

CC-BY-SA       -       2021