/// anticiper.org \\\
      Thème : Prospective
      1ère publication: 15.11.2020       Dernière mise à jour: 23.11.2022

Effondrements, déclins : quelques définitions

Un aperçu de la diversité des définitions d'effondrements ou déclins de société ou espèces.

effondrement ville

Traiter des sujets de risque de déclin sociétal ou d'effondrement demande de définir ces concepts. Cette page regroupe quelques définitions des diverses notions de déclins et effondrements.

1. Effondrement d'une société humaine développée


"Situation dans laquelle les besoins de base (eau, énergie, alimentation, logement, habillement, mobilité, sécurité etc.) ne sont plus fournis à une majorité de la population par des services encadrés par la loi." - Yves Cochet
Cela évoque un effondrement en tant que processus rapide mais localisé, avec un avant et un après.

Yves Cochet cite aussi [1] le "point de vue institutionnaliste (à la Max Weber) : Le monde est en cours d’effondrement lorsque, sur le territoire examiné, on n’aperçoit plus aucune possibilité de respect de la loi, aucun contrôle sur les armes, aucune capacité de lever des impôts, pendant une durée continue d’au moins un an."

Qu'entend-on par effondrement ? 2 réponses de Dennis Meadows en 2012 : [3]
"- La réponse technique est qu'un effondrement est un processus qui implique ce que l'on appelle une "boucle de rétroaction positive", c'est-à-dire un phénomène qui renforce ce qui le provoque. Par exemple, regardez ce qui se passe en Grèce : la population perd sa confiance dans la monnaie. Donc elle retire ses fonds de ses banques. Donc les banques sont fragilisées. Donc les gens retirent encore plus leur argent des banques, etc. Ce genre de processus mène à l'effondrement."
"- Une réponse non technique : l'effondrement caractérise une société qui devient de moins en moins capable de satisfaire les besoins élémentaires : nourriture, santé, éducation, sécurité."

D'après Joseph Tainter : "Baisse rapide et déterminante d’un niveau établi de complexité socio-politique."
"Selon Tainter, la durabilité ou l’effondrement des sociétés a pour origine le succès ou l’échec des institutions qu’elles avaient chargées de résoudre les problèmes rencontrés ; les sociétés s’effondrent lorsque leurs investissements dans la complexité sociale et leurs « subsides en énergie » atteignent un point au-delà duquel le retour marginal sur investissement diminue."

D'après Tom Murphy : "Nous pouvons penser à l'effondrement comme une réduction drastique et probablement chaotique de l'énergie et de l'utilisation des ressources par personne, le résultat semblant primitif par rapport aux normes d'aujourd'hui. La population peut s'effondrer à cause de la famine ou d'autres perturbations. Ce qui reste pourrait ne pas conserver une grande partie de notre technologie actuelle et, dans le pire des cas, perdre une grande partie de notre science/connaissance accumulée."

Pour Jared Diamond : « une réduction drastique de la population humaine et/ou de la complexité politique/économique/sociale, sur une zone étendue et une durée importante »


2. Déclin de la civilisation thermo-industrielle et de l'économie mondialisée


Cette notion évoque un déclin de long terme touchant la plupart des pays développés. Il s'agirait ici d'un processus long, difficilement imaginable sur un temps court.
A noter que le déclin de la civilisation thermo-industrielle est le sujet central de la collapsologie et traité également par l'institut Momemtum.

Définition par Arthur Keller [4] :
Effondrements : des processus à l'issu desquels on bascule d'un état d'hétéronomie à un état d'autonomie forcé (non choisi).
Etat d'hétéronomie : état actuel des sociétés développées, fortement dépendantes de flux extérieurs, entrants et sortants - énergies, matières premières...
Sans anticipation, un pays, une région, une ville (ou autre entité) est contraint de basculer dans un état d'autonomie subie.
Etat d'autonomie : assurer ses besoins essentiels avec les moyens et ressources disponibles localement (échelle d'un pays, d'une région, d'une ville...)
Un effondrement est un processus, non un événement ponctuel.


Autre approche : "Le point de vue thermodynamique : Un effondrement dans l’économie mondialisée se produira lorsque la chute du flux d’énergie deviendra beaucoup plus forte que la baisse du PIB" (David Korowicz, 2012). [1]

Pour Pablo Servigne et Raphaël Stevens (auteurs à l'origine du courant de pensée nommé "collapsologie") : Terme faisant référence à l’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle et/ou des écosystèmes et espèces vivantes, dont la nôtre.


3. L'effondrement en tant que disparition brutale d'écosystèmes


L'effondrement écologique, ou « collapsus écologique », est un scénario de crise écologique majeure caractérisé par un effondrement brutal des écosystèmes, soit localement, à l'échelle d'une mer fermée, d'un fleuve, d'un lac, etc., soit à l'échelle de la biosphère, c'est-à-dire de la planète tout entière, et dépassant alors éventuellement les capacités de résilience écologique de la biosphère (à court, moyen ou long terme).
Extrait de wikipédia : Effondrement écologique>


4. L'effondrement dans le sens de "déclin du vivant"


A relier à ce qui est couramment nommé "la 6eme extinction de masse" ou extinction de l'Holocène.

"Il n’y a pas un effondrement. Il y a une infinité de disparitions qui n’apparaissent que lorsque nous y prêtons attention. Mises bout à bout elles forment une forme de délitement. Aucun responsable clairement identifié non plus, chacun de nous en porte une part."
"Il n’y aura donc pas d’avant, de pendant et d’après puisque ça a lieu maintenant, « petit à petit »."
Gabriel Plassat [2]

L'effondrement du vivant, par Luc Abbadie :
"La crise de la biodiversité est la destruction d’un patrimoine issu d’un processus de long terme, de très long terme, que l’on appelle l’Évolution. Toute espèce est une expression unique de l’Évolution. Sa disparition, et par conséquent celle des systèmes écologiques dans lesquels elle est insérée, est une perte irréversible. Naturellement, des espèces nouvelles apparaissent sans arrêt, mais à un rythme extrêmement lent dans la très grande majorité des cas, tellement lent qu’il est quasi imperceptible à l’échelle d’une génération humaine."
"La biodiversité est souvent évaluée à travers la notion d’espèce, on compte les espèces présentes dans tel ou tel milieu. En réalité la biodiversité est beaucoup plus large que cela ; elle désigne la variabilité du vivant à toutes les échelles, y compris la différenciation génétique entre organismes, mais aussi, et on l’oublie souvent, le réseau des interactions qui se construisent entre les organismes, et entre les organismes et leur milieu physique ou chimique. Tout cela se structurant dans l’espace et dans le temps sous la forme de ce que nous appelons des écosystèmes." [5]

Le Thanatocène. l'ère de la destruction - terme attribué à Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences et des techniques.
Le terme, issu de Thanatos, le dieu de la Mort dans la mythologie grecque, évoque le rôle des guerres et des technologies militaires dans l'évolution des sociétés humaines et dans l'effondrement du vivant.
"Le plus important, c’est à quel point le fait militaire contamine les technologies civiles. Et comme celui-ci s’oriente vers le choix de la puissance plutôt que celui du rendement, ça fait bifurquer vers des technologies très énergivores, très polluantes. Les mêmes technologies de destruction contre les humains sont ensuite appliquées sur les vivants en général : les pesticides, le fil à nylon utilisé pour la pêche vient des parachutes, l’aviation, les autoroutes, autant d’éléments très polluants qui viennent des militaires. L’interaction de tout ceci avec le capitalisme est le nœud de l’affaire." [6]


5. Le déclin en tant que diminution de l'habitabilité de la planète, pour l'humain


Cette diminution peut être liée à divers facteurs :
- perte de la stabilité climatique, températures hostiles
- déclin du vivant et des services écosystémiques (du point de vue de l'humain)
- épuisement de ressources de base : eau potable, surfaces de terres cultivables
- changement de la constitution chimique de l'atmosphère
- hiver nucléaire ou volcanique, occultant la lumière du soleil
- territoires rendus inhabitables par d'autres phénomènes, comme la radioactivité


Sources et références :
[1] Yves Cochet - "Faire société face à l'effondrement"
[2] Gabriel Plassat - "Après l'effondrement"
[3] Dennis Meadows - "La croissance mondiale va s’arrêter" - Le Monde
[4] Conférence Arthur Keller - Les Grands Enjeux de Notre Temps : Des Défis Systémiques (youtube Impact CentraleSupélec)
[5] L’effondrement de la biodiversité, jusqu’où ?
[6] Jean-Baptiste Fressoz : « Désintellectualiser la critique est fondamental pour avancer » (revue Ballast)


Aller plus loin :
Institut momemtum : série d'articles sur la notion d'effondrement.
https://www.institutmomentum.org/category/les-themes/effondrement/

Risques d'effondrements environnementaux et sociétaux (page wikipédia)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Risques_d'effondrements_environnementaux_et_sociétaux




Partager sur  Facebook   LinkedIn   Twitter

CC-BY-SA       -       2021